EN |  FR |  DE
 

Statement

 

Marc Laroche
( France )

Dessin; Technique Mixte; Peinture; Photographie


Anciens Posts

Pour en finir avec la peinture.   Publié 29/09/2012


Tartuffe et Alceste, sonnet   Publié 03/06/2012


Intouchables   Publié 27/01/2012


Le vaisseau des morts de B. Traven   Publié 10/01/2012


Peintre d'aujourd'hui   Publié 01/12/2011


Pierre Dumayet   Publié 19/11/2011


Démocratie: les inventeurs.   Publié 01/11/2011


Dessins des années 90   Publié 28/08/2011


Vraie valeur   Publié 24/08/2011


Musée Fabre, Montpellier   Publié 15/08/2011


Dessins retrouvés   Publié 19/07/2011


Matrix   Publié 29/06/2011


Nîmes l'austère cité huguenotte   Publié 13/06/2011


Nîmes l'austère cité huguenotte   Publié 13/06/2011


Dessins à l'encre de Chine.   Publié 29/05/2011


Art ou souillure?   Publié 28/05/2011




Figuration assumée.   Publié 19/04/2011


Une révolution.   Publié 12/04/2011


Mon blog

Le vaisseau des morts de B. Traven  
de   Marc Laroche

Notes de lecture
Le vaisseau des morts de B. Traven
Que l'on ne sache pas précisément qui fut exactement l'homme qui se cachait sous le pseudonyme de B. Traven ou sous d'autres masques littéraires importe peu pour ce que l'on a à dire ici du roman Le vaisseau des morts.
Ce livre, lisible en français dans une édition publiée à La Découverte, et dans une traduction signée Michèle Valencia, est une oeuvre d'une très grande force, écrite (en allemand) avec un lyrisme étrangement opérant. Ce récit à la première personne d'un paria absolu, et qui est un hymne à la volonté de rester libre et digne en toutes circonstances, nous fascine non seulement par le caractère extraordinaire de ce qui est raconté: l'odyssée d'un homme qui n'a plus d'autre Ithaque qu'intérieure à rejoindre, mais aussi par la texture même de l'écriture; en effet, lorsqu'on a trop vite admis que par exemple le Voyage au bout de la Nuit, publié en 1932, constituait un "an 1" d'une espèce nouvelle de littérature "désenchaînée", la découverte de ce texte perpétuellement aux confins de l'écriture, bourré d'argot et en même temps d'une "tenue" et d'une dignité exceptionnelles, et qui fut publié dès 1926, nous permet de placer dans une chronologie revisitée les étapes importantes de la création littéraire au cours du XXè siècle.
Il n'est qu'anecdotique de savoir si l'on peut classer ce livre dans une case réservée à l'expression d'une pensée anarchiste, car c'est d'abord par son humanité, teintée simultanément de réalisme et d'un humour toujours un peu irréaliste, que cet autre voyage au bout de la nuit, la nuit des soutes et des chaufferies infernales où des marins esclavagisés ont perdu toute identité, nous transporte.
Après Joseph Conrad, la littérature de la mer aurait pu ne pas retrouver d'écrivain du souffle de l'auteur de Typhon; eh bien! ce n'est pas le cas: avec Le vaisseau des morts, c'est une œuvre majestueuse dans laquelle voudront s'embarquer pour une inoubliable traversée tous ceux qui ne peuvent se passer de relire Le Nègre du Narcisse ou Lord Jim.
 
  

Retour